Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Informatique et télecoms

Maison connectée : les géants de la Tech cherchent à préempter le marché

27 Décembre 2014 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #domotique

La future arrivée d’Apple et Google sur la domotique pourrait doper le marché. Opérateurs télécoms, industriels et start-up réagissent.

Longtemps attendu, l’avènement de la domotique est désormais proche. Près d’un an après le rachat de Nest par Google, l’arrivée des géants Google mais aussi Apple et Samsung, pourrait accélérer le développement d’un marché estimé aujourd’hui par GfK à 150 millions d’euros en France. Selon une étude récente de Gartner, ce marché de la maison connectée devrait arriver à maturité entre 2020 et 2025. C’est ce qui explique que tous les géants technologiques se positionnent dès aujourd’hui sur ces applications.

Jusqu’ici, le marché était peu lisible, éclaté et jugé trop complexe par le grand public. Pour le consommateur, les intérêts sont pourtant nombreux : il peut tout contrôler à distance, de la fermeture de ses portes et de ses volets à la température intérieure, en passant par l’éclairage et l’alarme. Avec, à la clé, de substantielles économies d’énergie et la possibilité d’être alerté quand un objet de la maison est sur le point de tomber en panne (ampoule, appareil électro-ménager, etc.)

La généralisation des smartphones et l’essor des objets connectés font progressivement baisser le prix des équipements et tomber les barrières : le marché se déplace donc d’une niche de luxe, essentiellement axée sur la sécurité et la télésurveillance, à un marché grand public, où le smartphone devient pivot. Les services de contrôle énergétique et les programmateurs sont d’ailleurs ceux qui connaissent la plus forte croissance, selon GfK. Et le prix de ces services devrait encore être divisé de moitié d’ici à 2018, selon Gartner.

L’enjeu est désormais de savoir qui contrôlera la plate-forme de gestion de la maison connectée. Cette logique de plate-forme fait qu’Apple et Google sont sans doute aujourd’hui les mieux placés. Avec iOS et Android, les deux géants se partagent le marché du mobile et il suffit seulement de quelques adaptations pour se connecter à la maison. Apple a d’ailleurs intégré HomeKit, une suite d’applications dédiées au domicile, dans sa dernière version d’iOS. Un mouvement qui devrait en appeler d’autres.

« La France est très en retard dans la domotique »

Quant à Google, le rachat de Nest ne devrait être, là aussi, qu’une étape. Après une version d’Android pour les « wearables » et une autre pour l’automobile, les rumeurs se font de plus en plus pressantes autour d’une version pour la maison. Samsung, enfin, a racheté la société américaine Smartthings, qui avait développé une plate-forme de gestion domotique, pour 200 millions de dollars.

Cette plate-forme propose déjà 8.000 applications et gère un millier d’objets connectés dans le monde. L’application pourrait être embarquée par défaut dans les smartphones du sud-coréen. Les industriels, de leur côté, ne sont pas en reste. Bosch, Cisco et le groupe helvético-suédois ABB vont créer une entreprise commune pour développer une plate-forme pour la maison connectée. Date de sortie espérée : 2016.

Les opérateurs, longtemps en pointe sur le sujet, tentent également d’innover. SFR a intégré son offre de domotique dans sa box haut de gamme cet été. « La France est très en retard dans la domotique. Il y a un vrai potentiel de croissance sur ce marché. En tant qu’opérateur télécoms, on peut en profiter », estimait alors Franck Cadoret, directeur grand public et professionnels chez SFR. Orange, lui, commercialise son offre Homelive pour dix euros par mois. L’objectif pour ces opérateurs est d’apporter de nouveaux services, face à l’offensive de Bouygues sur les prix


 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :