Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Informatique et télecoms

Articles avec #3g tag

La couverture 2G 3G 4G 4G+ WIFI de chaque opérateur fin 2015

19 Mars 2016 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #Free, #SFR, #Orange, #4G, #4G+, #3G, #2G

La couverture 2G 3G 4G 4G+ WIFI de chaque opérateur fin 2015
Lire la suite

La couverture 2G 3G 4G 4G+ WIFI de chaque opérateur

9 Décembre 2015 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #4G, #3G, #2G, #Free, #SFR, #Orange, #Bouygues Telecom

Lire la suite

Très haut débit : Bercy ne relâche pas la pression

31 Octobre 2015 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #Fibre, #3g, #2G, #Haut débit, #SFR, #Numericable, #Orange, #Free, #Bouygues Telecom

Emmanuel Macron a réuni les opérateurs télécoms vendredi à Bercy. Il souhaitait s’assurer qu’ils respecteraient leurs engagements de déploiement du très haut débit en France.

Emmanuel Macron est sorti rassuré de sa réunion vendredi avec les représentants des quatre opérateurs télécoms Orange, Numericable-SFR, Bouygues Télécom et Free. « Nous sommes en ligne avec le plan de déploiement du très haut débit », a-t-il affirmé, alors que certains avaient alerté, il y a quelques jours, sur de possibles retards.

Ce plan à 20 milliards d’euros, financé pour partie par les « telcos » et l’Etat, a vocation à couvrir la quasi intégralité du territoire en fibre optique d’ici à 2022, une technologie beaucoup plus rapide que l’ADSL. Sur certaines zones, les opérateurs co-investissent ensemble. Mais Bouygues Telecom s’est récemment plaint devant l’autorité de la concurrence du retard pris par Numericable-SFR son partenaire dans les grandes villes, l’accusant de ne pas respecter son engagement

« J’ai demandé que les investissements puissent être faits pour retrouver le bon rythme en particulier pour Numericable-SFR qui avait pris du retard ces derniers mois suite à l’opération de rapprochement (fusion Numericable-SFR, NDLR)», a indiqué le ministre. « J’ai noté un engagement fort de Numericable-SFR en terme d’investissements et une volonté très ferme des dirigeants de tenir les engagements qui avaient été pris et même d’aller au-delà de ce qui était prévu », a-t-il ajouté. Le retard pris devrait donc être rattrapé. C’est ce qu’affirme Numericable-SFR. « Je le prends comme un signal positif qui mérite d’être évalué et mesuré », a toutefois relativisé le ministre.

Des « réunions de chantier »

Celui-ci a fait du déploiement du très haut débit l’une de ses priorités, à tel point, qu’il a mis en place des « réunions de chantier » tous les deux à trois mois avec les « telecoms » pour surveiller l’évolution des déploiements de la fibre. En janvier prochain, il a même prévu de rendre publique une cartographie des déploiements en cours et à venir.

Cette « mise sous surveillance » des opérateurs, s’applique pour la fibre, donc les réseaux fixes, mais elle est aussi valable pour le mobile. Plusieurs dispositions ont été prises dans la loi Macron visant notamment à accélérer la couverture 2G et 3G sur certaines zones du territoire.

Il faut dire que le sujet est éminemment politique : régulièrement le ministre est interpellé par les élus locaux sur leur commune qui sont mal voir pas du tout couvertes. Les « telcoms » ont ainsi pris au printemps des engagements en couverture mobile en 2G avant fin 2016 et en 3G avant mi-2017, en totalité dans les centre-bourgs. Et ils ont promis de mettre entre 800 millions et 1 milliard sur la table pour 800 zones dîtes « prioritaires », c’est-à-dire là où à quelques centaines de mètres des centres-bourgs on n’a pas accès à l’internet et à la téléphonie mobiles. Et comme si cela ne suffisait pas, le ministre aussi fait inscrire dans la loi la possibilité pour l’Arcep, le régulateur des télécoms, de sanctionner les opérateurs qui ne respecteraient pas leurs engagements.

Les « telecoms » eux râlent qu’on leur demande toujours plus d’investissements alors que la « taxe télécoms » visant à financer l’audiovisuel public vient d’augmenter. Ils réclament des compensations. D’après nos informations, ils espèrent notamment qu’une mesure exceptionnelle d’un an, prise en avril, visant à encourager l’investissement industriel des entreprises en leur permettant de pratiquer un sur-amortissement de 40 %, puisse leur être appliquée. Le ministre n’exclurait pas de le leur accorder dans le cadre de sa loi Macron 2

Lire la suite

L’Arcep autorise la 3G et 4G dans les avions

18 Juillet 2014 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #Avion 3G, #Avion 4G, #4G, #3G

Le régulateur des télécoms vient de décider d'autoriser les services 3G et 4G dans les avions dans l'espace aérien français. Les tarifs des communications seront définis par les compagnies aériennes.
 

L'A350, le nouvel avion d'Airbus, a effectu� son premier vol

En 2008, l'Arcep autorisait l'utilisation de la 2G à bord des avions, dans le respect des règles de l'aviation civile. L'organisme ouvre désormais la voie aux communications 3G et 4G à l'intérieur des avions et adopte une décision visant à permettre la fourniture de ces services dans l'espace aérien français.

Le régulateur précise que les opérateurs pourront désormais utiliser la bande de fréquences 1 800 MHz pour la 2G et la 4G. Pour le très haut débit mobile, seul l'opérateur Bouygues Telecom est donc habilité à proposer ce type de service à bord car il s'agit de l'unique prestataire à utiliser cette plage de fréquences pour la 4G (via le refarming). En ce qui concerne la 3G, la bande de fréquences des 2 100 MHz est utilisable.

Les communications par ce biais ne sont permises que dans l'espace aérien français, à une altitude supérieure à 3 000 mètres au-dessus du sol. Il revient désormais à chaque compagnie de permettre ou non d'accéder à ces réseaux et de proposer leurs propres tarifs.
 

Lire la suite

L’Arcep épingle SFR sur sa communication autour de la 4G

9 Juillet 2014 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #4G, #3G, #SFR

Le régulateur des télécoms a enquêté sur la couverture réelle des quatre opérateurs.

SFR en a fait un peu trop sur sa couverture 4G. Selon nos informations, l’Arcep vient de demander à l’opérateur mobile de revoir la carte de couverture publiée sur son site Web, afin de ne pas induire en erreur le public. Seule la 4G est visée ; la couverture en 2G et en 3G est réaliste. SFR s’est exécuté durant le week-end, affichant lundi une carte rectifiée.

Il y avait un écart « important » entre la publicité et la réalité, souligne une source proche du dossier. Toutefois, ce problème de communication ne préjuge en rien de la qualité du réseau 4G de SFR, encore en construction. L’opérateur a fait le choix de privilégier les déploiements en 800 MHz, une fréquence qui couvre mieux l’intérieur des bâtiments que l’alternative 2600 MHz.

 
 

Le gendarme des télécoms devrait communiquer jeudi après Bourse sur la couverture très haut débit des quatre opérateurs mobiles. SFR sera a priori le seul opérateur épinglé. L’Arcep a pris l’initiative de diligenter une enquête de terrain au premier semestre. Rompant avec ses habitudes, elles n’a pas attendu le rendez-vous réglementaire d’octobre 2015, lorsque les titulaires de licences 2600 MHz devront prouver qu’ils ont bien déployé un réseau couvrant 25 % de la population, ou bien celui de janvier 2017, pour servir 40 % de la population en 800 MHz.

« Annonces tonitruantes »

C’est l’effervescence de la communication mobile autour de la 4G qui a poussé l’Arcep à prendre les devants. En décembre, le lancement de la 4G par Free Mobile a déclenché une salve d’échanges acerbes entre dirigeants des télécoms, et le gouvernement s’est inquiété de voir le petit dernier faire des annonces tonitruantes « alors que son réseau reste en construction ». Mais toute l’année 2013 a ressemblé à une foire d’empoigne. Electrisés par l’avantage réglementaire accordé à Bouygues Telecom en octobre (droit de reconvertir ses fréquences 2G en 4G), les opérateurs mobiles ont basé leur communication sur leurs exploits en très haut débit.

D’où la décision de l’Arcep d’enrichir son observatoire annuel de la qualité du service mobile avec un « observatoire des couvertures ». Ainsi, les clients dont l'opérateur se vante d’être le numéro un en qualité de service (Orange) ou d’être très fort dans telle ou telle spécialité comprendront pourquoi ils ne captent pas le signal 4G ici ou là. Les cartes des quatre opérateurs dûment tamponnées par le régulateur seront publiées jeudi soir.

L’Arcep a retrouvé son pouvoir de sanction

Contacté par « Les Echos », l’opérateur au carré rouge n’a pas souhaité commenter. Il avait annoncé un dépassement de son objectif de couverture, fixé à 35 % de la population à la fin 2013. En général, SFR a préféré communiquer sur le nombre de villes 4G plutôt que sur un pourcentage de population nationale - le point fort de Bouygues Telecom. Au 1er juillet, l’Agence des fréquences (ANFR) a recensé 1.774 antennes 4G allumées chez SFR, loin derrière Orange et Bouygues (plus de 6.000 chacun).

L’Arcep a retrouvé son pouvoir de sanction au début de l’année, mais attend toujours un décret d’application pour manier le gros bâton. Le gendarme des télécoms vient de rappeler à l’ordre l’ensemble des opérateurs en lançant cinq enquêtes administratives. L’une d’entre elles vise la couverture 3G annoncée par SFR. L’opérateur s’est fixé un objectif ambitieux de couverture de 99,3 % de la population, sachant qu’au-delà de 99 %, chaque dixième supplémentaire coûte les yeux de la tête à équiper. Mais il ne semble pas y avoir de vrai motif d’inquiétude sur le sujet 3G.

Lire la suite

Roaming: le coût de l'Internet mobile baisse de 55 % en Europe cet été

2 Juillet 2014 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #roaming, #internet, #internet mobile, #4g, #3g, #3g+

Au 1er juillet 2014, dans les 28 pays de l'UE, les tarifs d'itinérance applicables à l'internet mobile passent de 45 à 20 centimes/Mo. En attendant la gratuité !

Surfez sur Internet depuis un mobile dans l'UE, vous coûtera encore moins cher cet été. A partir du 1er juillet 2014, les tarifs maximums applicables par les opérateurs aux téléchargements de données, passent de 45 à 20 centimes (hors TVA de 20 % en France) par mégaoctet, soit - 55 %.

Les coûts d'émission et de réception d'appels sur son mobile baissent aussi à cette date, respectivement à 19 centimes/mn et à 5 centimes/mn (hors TVA de 20 % en France), soit des réductions de 21 % et de 28,5 %. L'envoi de SMS passe à 6 centimes (- 25 %), hors TVA. Rappelons que la réception de SMS est gratuite en Europe.

Ces baisses s'appliquent aux 28 pays membres de l'Union européenne, ce qui exclut par exemple la Norvège, la Suisse ou la Serbie.

En France, les offres dédiées à l'itinérance mobile se sont multipliées

La Commission européenne rappelle qu'elle a proposé, dans le cadre du paquet législatif "continent connecté" présenté en 2013, la suppression totale des frais d'itinérance mobile. Cette proposition avait été votée par le Parlement européen au printemps 2014.

Bruxelles rappelle aussi, qu'à compter du 1er juillet 2014, « les opérateurs de téléphonie mobile en Europe pourront proposer aux abonnés la possibilité de souscrire à un contrat spécial d'itinérance avant leur départ et, dans la mesure du possible, leur permettront de choisir un opérateur local de téléphonie mobile pour les services de données ».

En prévision de cette mesure, les offres de forfaits incluant les frais d'itinérance mobile en Europe ou proposant des options dédiées à cet usage, se sont multipliées chez les opérateurs depuis le début de 2014.

Lire la suite
Lire la suite