Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Informatique et télecoms

Articles avec #apple watch tag

swatch Apple prévisonnel de vente très en dessous des attentes, pourquoi ?

2 Août 2015 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #swatch, #Apple, #Apple Watch

swatch Apple prévisonnel de vente très en dessous des attentes, pourquoi ?

Le volume de production de la montre connectée ne permettrait pas à un des fournisseurs du groupe de Cupertino d’atteindre son seuil de rentabilité, croit savoir le « Wall Street Journal. »

Chez Apple, le choix a été fait de ne voir que le côté plein du verre en ce qui concerne sa première montre connectée. Lors de la présentation de ses derniers résultats trimestriels , les hauts gradés de la firme à la pomme ont répété, à l’envi, que les débuts de l’Apple Watch étaient des plus convenables. Tim Cook, en personne, a assuré que la smartwatch avait connu « un super démarrage » et que les ventes avaient « dépassé leurs projections internes ».

Pourtant, la firme à la pomme avait choisi, ce jour-là, de jeter un voile sur le volume des ventes de sa montre connectée en intégrant celles-ci dans la catégorie « Autre produits » qui compte également celles de l’iPod et des abonnements à Beats Electronics.

75% de parts de marché

Un silence qui avait semé le doute parmi les observateurs du secteur high-tech, d’autant Apple aurait eu tout intérêt à mettre les choses au clair si les ventes avaient bien été au rendez-vous. Deux semaines auparavant, une étude du cabinet MarketWatch soutenait, en effet, que les ventes de la smartwatch s’étaient effondrées de 90% au cours des dernières semaines.

Plus récemment, le cabinet Strategy Analytics a soutenu que la firme à la pomme avait écoulé 4 millions d’exemplaires de l’Apple Watch au cours du deuxième trimestre de l’année 2015 et s’arrogerait 75% des parts du marché des montres connectées loin devant Samsung (7,5% avec 400.000 ventes).

Un volume qui s’avère, à première, vue, correcte d’autant que la montre connectée n’a été commercialisée que fin avril, uniquement dans 9 pays et n’était pas disponible dans les Apple Stores lors des premières semaines d’exploitation, en raison notamment d’un souci de production .

Moins de 2 millions d’unités produites par mois

Pourtant, l’un des fournisseur majeurs d’Apple s’inquiéterait de ce volume de ventes. Selon Mark Li, analyste chez Bernstein Research, une filiale du groupe taïwanais Advanced Semiconductor, qui fournit certains composants de la montre connectée , ne parviendrait pas à atteindre son seuil de rentabilité en raison du niveau de production trop faible de la smartwatch, rapporte le « Wall Street Journal » .

Cette société, qui s’occupe notamment du processeur S1 permettant de faire tourner l’Apple Watch, aurait confié qu’elle n’aurait pas atteint le volume de production de 2 millions d’unités par mois, son seuil nécessaire pour être rentable, au cours du deuxième trimestre.

Plus inquiétant, la filiale estimerait que ce volume ne sera pas atteint non plus lors du troisième trimestre alors même que celui-ci est habituellement le plus chargé de l’année, en termes de production, puisqu’il précède la période de fin d’année où les ventes sont les plus élevées.

Et pronostique que le volume de 18 millions, au niveau de la production, sur lequel elle tablait, ne sera pas atteint sur l’année. Un chiffre bien loin des prévisions de la banque Morgan Stanley qui soutenait qu’Apple écoulerait 36 millions de modèles dès 2015.

Lire la suite

Apple lance sa Watch en jouant la carte de l’exclusivité

9 Avril 2015 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #Apple, #Apple Watch, #Watch

 En précommande dès vendredi, la montre sera visible dans quelques enseignes.Mais les opérateurs télécoms ainsi que les distributeurs spécialisés, comme la FNAC, pourtant grand distributeur d’Apple. en sont pour l’instant exclus.

Ne dites pas que l’Apple Watch est un simple gadget électronique : la marque à la pomme rêve de faire de sa montre un produit de luxe. Alors que les précommandes du dernier né des produits Apple s’ouvrent ce vendredi à 9 heures 01 précises en France (minuit une à Los Angeles et 3 heures 01 du matin à New York), les aficionados pourront venir découvrir l’Apple Watch au premier étage des Galeries Lafayette à Paris, entre les corners Yves Saint Laurent et Céline.

La logique aurait voulu qu’Apple s’installe au rez-de-chaussée avec les autres fabricants de bijoux, mais la marque a tenu à être au même étage que les fleurons du luxe. Il faut dire que si le modèle d’entrée de gamme coûte 399 euros, l’Apple Watch Edition, un modèle en or 18 carats, est commercialisée à partir de 11.000 euros. Si le client est convaincu par la démonstration du vendeur d’Apple, il pourra réserver la fameuse montre, avant sa commercialisation effective le 24 avril.

Dès le départ, Apple a tenu a faire de sa Watch le nouvel objet du désir. Quelque jours après l’annonce de son lancement, la montre avait été exposée le 30 septembre dernier en avant-première mondiale chez Colette, temple parisien de la mode. Le concept-store du 213, rue Saint- Honoré avait attiré de nombreux curieux, qui avaient fait la queue une heure et demie avant l’ouverture du magasin. C’est Apple qui avait proposé l’opération à l’acheteuse de Colette, rencontrée pendant la fashion week à New York.

Colette ne vendra pas pour autant la montre avant le 24 avril, même si les clients pourront la pré-réserver sur le site. Contrairement aux Galeries Lafayette, Colette ne loue pas des mètres carrés aux marques. Le magasin ne peut donc pas dédier un espace à un produit sans être autorisé à le vendre.

Des dispositifs similaires, alliant grandes enseignes et concept-stores, sont déclinés à Londres, Los Angeles ou encore Tokyo, en plus du réseau d’Apple Store. Pour installer sa Watch, le fabricant américain a donc opté partout dans le monde pour un mode de commercialisation restreint, qui écarte ses distributeurs habituels : les opérateurs télécoms et les distributeurs de produits électroniques, comme Darty, Boulanger ou la Fnac en France.

Stocks insuffisants ?

Selon certains sites spécialisés, Apple aurait fait ce choix en raison de stocks insuffisants. Cherchant à désamorcer la critique, la firme prévient d’ores et déjà qu’elle ne pourra pas « satisfaire la forte demande », a déclaré Angela Ahrendts, la transfuge de Burberry en charge de la distribution. Mais les spécialistes estiment qu’Apple tient surtout à maîtriser la distribution, et procéder lui-même aux démonstrations pour sa « Watch » à l’interface et à l’utilisation entièrement nouvelles. « Apple pourra contrôler le niveau de qualité et voir comment enrichir l’expérience d’achat », estime Antonios Marouklis, d’IHS. Selon l’institut, la firme devrait vendre 15 millions de montres en 2015.

Reste que l’approche d’Apple ne pourrait être que provisoire. « A la fin, ils reviendront à leur réseau traditionnel », assure Ramon T. Llamas, analyste chez IDC. Pour le plus grand bonheur de la Fnac. La chaîne, qui se présente comme le premier distributeur de produits Apple en France, et qui voit dans les objets connectés un relais de croissance, espère en effet que son fournisseur finira pas changer d’avis

Lire la suite

Apple se lance dans la bataille des montres connectées

10 Mars 2015 , Rédigé par Informatelecom Publié dans #Apple Watch, #Apple

Apple se lance dans la bataille des montres connectées
Apple se lance dans la bataille des montres connectées

La firme à la pomme a présenté en détail lundi sa Watch, le dernier fleuron de l’écosystème maison. Le marché est bien plus étroit que pour ses smartphones.

Tim Cook marchera-t-il sur les traces de Steve Jobs ? Trois ans et demi après la mort de son prédécesseur, le PDG d’Apple vit son baptême du feu. Après une mise en bouche en septembre dernier, Apple a dévoilé lundi à San Francisco les détails de l’Apple Watch , sa montre connectée, qui sera disponible en pré-commande le 10 avril et commercialisée le 24 avril. Le consommateur la trouvera à cette date dans 9 pays, de l’Europe de l’Ouest en passant par les Etats-Unis et le Japon.

Pour la firme à la pomme, dont la dernière innovation majeure remonte au lancement de l’iPad en 2010, c’est le premier produit 100 % Tim Cook. La montre, équipée d’un écran Retina, d’un verre Sapphire, d’un capteur de rythme cardiaque et de mouvement, sera commercialisée entre 349 et 1.100 dollars. La version luxe, en or 18 carats, fera l’objet d’une édition limitée vendue dans quelques magasins triés sur le volet. Elle coûtera 10.000 dollars.

La montre permet de recevoir ses messages et ses appels, de regarder ses photos, de compter les calories dépensées, et même de payer, grâce à Apple Pay. « On peut recevoir toutes les notifications de son iPhone », a dit Tim Cook. La montre se commande aussi à la voix, grâce au logiciel Siri. La batterie est prévue pour durer jusqu’à 18 heures. Autrement dit, il faut la recharger tous les jours. Pour faciliter la manoeuvre, Apple a prévu un chargeur qui se colle grâce à un aimant sur l’envers de l’écran.

Le choix du luxe

L’Apple Watch est lancée au moment où les tablettes commencent à décliner et où dans les smartphones, Samsung vient de repartir à l’offensive avec le Galaxy S6. Comme dans les smartphones ou les baladeurs numériques, Apple n’arrive pas en pionnier. Il a laissé LG, Sony ou Samsung défricher le terrain. L’américain réussira-t-il à imposer ce nouvel accessoire ? Les avis sont partagés. « L’Apple Watch sera la montre la plus convaincante de sa catégorie », dit Shane Walker, de l’institut IHS, qui table sur 20 millions de montres écoulées dès 2015. Pour mémoire, l’iPhone s’était vendu à 6 millions d’exemplaires la première année de son lancement. Chez Ovum, Ronan de Renesse se montre plus sceptique. « Les montres de LG, Samsung ou Sony ont des fonctionnalités équivalentes », explique l’expert. Mais c’est surtout la taille du marché des montres connectées qui pose problème. « Il n’y aura pas de marché de masse avant au moins 5 ans. Car, pour l’instant, ce qui fait réellement acheter une montre connectée, ce sont les fonctionnalités ’bien être’ (sport, ndlr), qui intéressent seulement 9 % de la population », complète Ronan de Renesse. D’après lui, le marché des montres connectées multi-usages devrait représenter 16,5 milliards de dollars en 2020, un montant inférieur au dernier bénéfice trimestriel encaissé par Apple.

Pour Apple, la montre devrait surtout donner un coup de fouet aux ventes de tous ses autres produits, en particulier de l’iPhone. En captant quantité de données personnelles sur les utilisateurs, Apple sera en mesure d’offrir de nombreux nouveaux services. Une façon de fidéliser les clients et de les empêcher de quitter l’écosystème.

Pour transformer sa montre en produit grand public, Apple devra donc trouver d’autres « killer apps », (applications incontournables). Vendre des produits électroniques en version luxe, comme sa Watch Edition, ne sera pas non plus aisé. En 2003, Sony, avec ses produits très haut de gamme Qualia, s’y était cassé les dents. Nokia avait connu le même échec avec ses mobiles Vertu dans les années 90. Visiblement, Apple, qui a embauché l’ancien PDG d’Yves-Saint-Laurent Paul Deneve, et Angela Ahrentds, qui a su faire revivre Burberry, a porté une attention particulière à son circuit de distribution, prenant soin de former ses vendeurs à ce nouveau produit.

Lire la suite